fbpx

Notre pédagogie

Un mélange de pédagogie active, traditionnelle et collaborative

La démarche principale est la démarche pédagogique ACTIVE

Pourquoi? Car nous sommes dans un processus de créativité, cela passe par la confiance en soi ! Oser ! Essayer ! Réaliser !

Intérêt : La Pédagogie Active fait partie des méthodes qui relèvent de ce qu’on nomme l’apprentissage expérientiel (1), c’est à dire “apprendre en faisant”. Il s’agit d’impliquer l’apprenant dans des situations (fictives ou réelles) pour qu’il puisse utiliser ses compétences et les faire évoluer au cours de la formation.

Sa mise en oeuvre

  • des situations pédagogiques proches de la réalité pour concrétiser les concepts abordés.
  • une transposition facile à la réalité quotidienne envisagée (vie de l’entreprise par exemple).
  • Les modules de formation doivent avoir du sens pour les participants pour qu’ils puissent s’approprier l’enseignement et mieux mémoriser son contenu.
  • l’intérêt des scénarios retenus et la conception de bons supports de cours doivent mobiliser les personnes, susciter une attention constante qui leur permet de mesurer leur performance dès la mise en oeuvre des actions de formation et conforter la mémorisation (mobilisation de la mémoire à court terme).
  • La diversité des études de cas est garante de leur motivation, par le recours à des scénarios structurés où le formateur intervient peu et à des scénarios plus ouverts favorisant les interactions entre participants. La simulation d’un cas pédagogique doit mettre aussi l’accent sur les aspects ludiques de la situation étudiée, plus attrayante et en même temps moins impliquant qu’une situation réelle.

La simulation

Elle se fait par le recours à diverses formes de modalités pédagogiques, s’appuyant sur les connaissances existantes (les prérequis), mêlant exercices progressifs et discussions libres, le travail sur des contenus à une réflexion sur l’implication et la participation de chacun.

Elle est activée par une « pédagogie de la réussite » qui privilégie la recherche et la correction des erreurs par chaque participant lui-même. Ainsi qu’en groupe, de façon à ce que l’intégration d’une capacité à réussir en groupe assure que chacun puisse s’approprier les valeurs sous-jacentes à la formation.

Important la gestion de l’erreur

L’erreur est considérée comme une étape de l’apprentissage, nécessaire et source d’enseignements pour tous.

L’apprentissage n’est pas un processus linéaire. Il passe par essais, tâtonnements, erreurs, échecs… Il y a donc pour les élèves un droit à l’erreur qui doit être reconnu et pris en compte. Le travail sur l’erreur permet d’instaurer un climat de confiance dans lequel l’erreur n’est plus stigmatisée mais devient un matériau collectif pour la construction du savoir.